Google Made In Afrique Part 2

Nous avons vu dans une première partie la stratégie et la vision de Google en Afrique. Voyons aujourd’hui par quelles personnes et ressources clés passent cette stratégie et attardons nous également sur l’implication étonnement politique de Google.

Les personnages clés du développement de Google en Afrique

Pour mettre en oeuvre sa stratégie de créer et de façonner un internet africain, Google a besoin de ressources humaines très qualifiées et motivées et recrute donc les meilleurs geeks et cyberactivistes du continent dont voici quelques personnages clés.

Joseph Mucheru
Ce kenyan issu de Stanford est un serial entrepreneur et l’un des membres importants du développement d’internet et Afrique de l’Est fut le premier employé Google en Afrique. Il est aujourd’hui ambassadeur Google pour l’Afrique.

Ory Okolloh
A noter également le recrutement de Ory Okolloh. Cette kenyanne est à la tête de la politique de google en Afrique. Avocate formée à harvard, c’est aussi une activiste reconnue. Elle s »est notamment illustrée durant les violences des élections présidentielles de 2007, pendant lesquelles elle est à la tête du projet Ushaidi (je pense que je ferai ferai un jour un article sur cette magnifique application). Aujourd’hui très impliquée chez Google, on la surnomme la gourou du crowdsourcing ! Sa mission est de convaincre les chefs d’état africains, des industriels des organisations qu’internet est la clé du développement.

Tidjane Deme
Le seul pays d’Afrique francophone dans lequel Google est implanté pour l’instant est le Sénégal ; et c’est ici que nous retrouvons donc Tidjane Deme, responsable Google de l’Afrique francophone.
Tidjane Deme a été formé à  Polytechnique ; après quelques expériences dans le monde des TICs, il est aujourd’hui responsable Google Afrique Francophone. Ses activités touchent donc également aussi aux autres pays francophones de la zone avec les mêmes prérogatives que celles de son équivalent Kenyane.

 

Google activiste politique

Au delà de la tentative de convaincre les gouvernements africains de la nécessité d’une dynamique d’effort commun pour plus de citoyens connectés, Google prend maintenant souvent un rôle étonnement activiste ! On l’a vu par exemple lors des révolutions tunisienne et égyptienne durant lesquels les « cyberactivistes » ont joué un rôle très important sur internet avec le soutien assumé de google qui prends le rôle de défenseur d’un internet libre espace de liberté et d’expression. Wael Ghomin par exemple, en charge du marketing Africain chez Google et cyberactiviste a été détenu 12 jours par les services d’état égyptiens. Dès sa sortie il a remercié son employeur ne laissant nul doute sur la pression qu’a dû mettre Google sur l’Etat egyptien.

Mais l’activisme est aussi technologique ainsi au Soudan lors du référendum de 2011 sur l’indépendance de la partie Sud du pays, Google en association avec l’ONU et plusieurs ONG locale a contribué activement au projet qui consistait à surveiller la frontière par satellite pour pointer les crimes de guerre.
On se rappelle également que Google a développé dans l’urgence avec twitter une messagerie vocale pour lutter contre la censure en Egypte et en Tunisie.

Ce sont des interférences étonnantes faîtes au grand jour de la part d’une entreprise dans la diplomatie. Et cela semble se faire avec le soutien de l’état américain. Personnage clé de ce mode opératoire Jared Cohen, expert en diplomatie numérique il fait le lien entre le département d’état et les entreprises de pointe dans ce domaine comme Google. De plus il est membre du think thank Google Ideas.

 

About the author

Julien PartirDeRien

View all posts

Facebook comments:

3 Comments

  • Merci Elsa ! C’est effectivement une dynamique très intéressante pour l’Afrique, mais je ne dirai pas que c’est sous tutelle, pour le coup de cette situation c’est le marché qui commande et Google aussi grand soit-il s’est mis intelligemment dans une position d’apprentissage et d’adaptation. Après je suis curieux d’entendre Guy, je suis tout à fait d’accord qu’il peut y avoir d’autres stratégies de développement.

  • hello julien,

    moi j’ai des petits projets pas vraiment rentable mais je voudrais faire des petites choses.
    noël dernier j’étais au Cameroun, et tous les poulets arrivaient du Gabon; tu me diras rien de nouveau sous le soleil mais…

    j’ai décidé d’aider une femme pour qu’elle puisse faire un élevage , elle habite au village donc on peut envisager cela;

    je vais lui payer une formation disons sur l’élevage des lapins, fabriquer les cages etc … pour elle cela fait une grande différence, disons que c’est pas un investissement mais j’aimerais faire ça à mon niveau pour débuter.

    donc on verra ça peut etre en 2013; et puis ce blog sur le cameroun , cela peut créer un emploi.

    ciao 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *